Open data : quelles sont les réutilisations remarquables ?

Dernière mise à jour : 21/09/2021

L’open data, garantissant la transparence et l’ouverture des données publiques, est un réel atout pour la société. Entre dynamisation du territoire et amélioration des services publics, l’open data et ses réutilisations représentent un véritable levier économique. Vous ne connaissez pas encore la définition de l’Open Data ? Vous retrouverez ici un article sur le sujet.

Dans cet article, vous retrouverez tout d'abord les obligations que doivent suivre les réutilisateurs d'Open Data ainsi que leurs avantages. Enfin, nous vous ferons la présentation de 10 exemples de réutilisations des données ouvertes remarquables.

Open data réutilisation_Plan de travail 1

Quelles sont les obligations du réutilisateur  ?

Tout d’abord, définissons ce qu’est la réutilisation de données en Open data. La réutilisation des informations publiques est l’utilisation par un tiers, de données publiques à des fins différentes de celles initiales.

Le guides.etalab.gouv.fr explique que la réutilisation de données en Open data doit être libre, c’est-à-dire :

  • Gratuite. Seuls l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), Météo-France et le service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) peuvent facturer des redevances (Décret n° 2016-1617).
  • Elle peut avoir une autre finalité que celle des producteurs du jeu de données.
  • Elle peut être réalisée par tous, public ou privé.

Ainsi, généralement il n’est pas possible d’avoir de propriété intellectuelle sur une base de données. En effet, ceci pourrait restreindre sa réutilisation. Il est cependant possible pour les administrations publiques de prévaloir d’un droit de sui generis si :

  • L’administration est en situation de concurrence.
  • La création de la base de données relève d'une création de l'esprit et a entraîné des investissements substantiels.;

Pour la réutilisation de données ouvertes, l’individu a cependant quelques obligations :

  • Mentionner la source des données.
  • Mentionner la date de dernière mise à jour de la réutilisation.
  • Ne pas altérer le sens des données.

De plus, le réutilisateur est tenu de se conformer aux obligations légales du Règlement général sur la protection des données.

Des règles à suivre existent donc pour publier des données publiques et pour les réutiliser. Celles-ci ne réduisent en rien les avantages qui découlent de la réutilisation des données en Open Data. C’est ce que nous verrons dans le prochain point.

Quels sont les avantages de la réutilisation de données en Open Data ?

Il existe de nombreux bénéfices liés à la réutilisation de données en Open data, dont :

  • L’innovation : avec les échanges de données et l’exploitation de diverses sources, des solutions existantes peuvent être améliorées, des nouveaux services peuvent voir le jour.
  • L’acquisition de nouvelles connaissances en combinant différentes sources de données
  • La création de valeur économique et sociale : en améliorant le quotidien à travers diverses applications de transport, culture éducation ect.
Pour les administrations publiques elles-mêmes, il y a également des avantages à la réutilisation de données en Open Data :
  • L’accès aux données produites par d’autres administrations permet l’exploitation de ces données et donc l’élaboration de politiques publiques plus efficaces
  • La réutilisation des données ouvertes valorise l’action des administrations ayant publiée les jeux de données. Bien souvent, des données réutilisées sont synonymes de qualité et de fiabilité.
Les avantages des réutilisations sont donc nombreux. Afin de mieux comprendre le réel intérêt et la plus-value que ces réutilisations apportent, penchons-nous sur des exemples concrets.

10 exemples de réutilisations de d’Open Data

Les exemples suivants sont la preuve que les réutilisations de données en Open Data apportent divers bénéfices sociétaux.

Mieux trier à Nantes : l’application pour aider les Nantais à mieux trier.

L’association « Mieux trier à Nantes » à créer en 2015 une application mobile ainsi qu’un site web afin d’aider les habitants de Nantes Métropole à mieux trier.

En utilisant des données en Open data, l’application répertorie des cartes interactives, l’emplacement des déchetteries, les coordonnées précises des lieux de dépôt, les horaires et jours de collecte, ainsi que les coordonnées des structures de réemploi.

Cette application favorise donc le recyclage ainsi que le réemploi en aidant les Nantais au quotidien.

Les données de la carte proviennent de :

  • Ville de Nantes : conteneurs, déchèteries, écopoints; 
  • OpenStreetMap : lieux de vrac, réemploi, ateliers co-réparation; 
  • Compostri : composteurs; 
  • Le Relais : conteneurs de vêtements.

 Navitia : l’API ouverte sur les données de transport

API issue du travail de doctorants en R&D et de développeurs de l’entreprise Kisio Digital, Navitia.io est une plateforme largement utilisée dans 13 régions. Avec près de 15 milliards de requêtes par an et 1 milliard d’itinéraires calculés par an, Navitia est un acteur incontournable de l’Open Data de la mobilité.

Grâce à son accès aux diverses données de transport nationales et locales, Navitia permet le calcul d’itinéraires multimodal, l’exploration de données de transport, de connaître les prochains passages aux prochains arrêts, d’intégrer les différentes sources de perturbations aux horaires (accidents…) etc.

navitia_playgroundSource: Navitia.io

LKSpatialist : pionnier de la donnée foncière

LKSpatialist startup créée en 2015 est dédiée aux métiers du foncier et de l’aménagement territoriale. « Nous faisons un logiciel de promotion foncière, plutôt destiné aux agences immobilières, explique Kaddouri Lahouari, président de LKSpatialist. La valeur de notre outil, c’est qu’il référence toutes les règles spatiales d’une parcelle sur un seul document (vendu 80 euros). Cela permet d’anticiper sur le certificat d’urbanisme. » Ainsi, LKSpatialist a créé un outil cartographie 3D à partir du cadastre, des plans d’urbanisme, d’occupation des sols des réglementations (zones à risques, naturelles, de protection du patrimoine…) afin d’aider à la prise de décision des promoteurs.

Les données ouvertes qu’utilise LKSpatialist proviennent des données obligatoirement diffusées par les collectivités territoriales (POS, PLU, PLUi, PLUi-H, PLUi-HD) et des services de l’état (CC, RNU, SUP, PPRN …)

Désormais, LKSpatialist vise les collectivités territoriales avec un outil permettant l’automatisation de la délivrance des permis de construire !

 Olga : l’appli des taxis

Olga est une application développée par Visucab et qui permet aux chauffeurs de taxi de Paris de connaître le potentiel flux de passagers de façon prédictive. 40% du temps de travail des chauffeurs de taxi est passé à attendre des clients. Olga utilise les données de la SNCF, des aéroports de Paris mais également les horaires auxquels se terminent les concerts, manifestations, spectacles etc. et ceci grâce à la plateforme OpenAgenda. Ainsi, l’application permet aux chauffeurs de taxi de repérer les lieux où ils ont le plus de chance de trouver des clients.

imagen-olga-3galSource : AndroidLista

Toot sweet : pour trouver vos bons plans tout de suite

Lancée en 2016, Toot sweet utilise également l’API d’OpenAgenda. C’est une application qui permet de connaître l’ensemble des évènements à venir près de chez soi. Avec ces plus de 200 000 utilisateurs, l’application géolocalise les concerts, animations, évènements pour profiter pleinement de Paris.

Bimbamjob : pour trouver un emploi près de chez soi

BimBamJob est une entreprise sociale et solidaire qui facilite l’accès à l’emploi dans le secteur sanitaire et social en Ile-de-France. Elle met en relation les personnes à la recherche d’un emploi et les recruteurs. De plus, elle se base sur les données Open Data de Navitia pour calculer les itinéraires (des transports en commun ou pour une voiture personnelle) pour mettre en relation des personnes dans un même rayon géographique et pour avoir un temps de trajet limité pour se rendre aux entretiens.

Ourecycler : pour un quotidien plus responsable

Ourecycler est un site web recensant les sites d’apport pour le tri sélectif ainsi que les points de collecte à proximité de chez soi. Aujourd’hui, Où recycler c'est : 146 810 points à travers toute la France et 183 organismes référencés. Le site web réutilise entre autres des données issues de l’Open Data pour la localisation des points d’apport volontaires.

Les créateurs d’Ourecycler considèrent qu’il y a trois aspects qui limitent l’action de trier :

  • la limite de la technique ;
  • la limite de l'économique ;
  • parce que l'usager ne sait pas qu'il peut (ni où et quand) déposer ses déchets.
Ainsi ils ont voulu mettre à disposition, pour tous, un site qui facilite le quotidien et qui favorise l’environnement.

Capture d’écran 2021-09-09 à 13.49.28

Mon jardin en ville : l’application pour les parcours nature

Mon jardin en ville est une application développée par Natural Solution. Elle a pour but de proposer aux citadins des itinéraires passant par des parcs, des jardins botaniques etc. afin de leur permettre de redécouvrir la ville sous un autre angle. L’utilisateur entre son point de départ, son point d’arrivée, le temps disponible, il peut également paramétrer le type d’espace vert qu’il préfère. Cette application permet de facto d’améliorer la qualité de vie et le bien-être de ces utilisateurs. Elle permet également de mettre en avant les villes, les rendant plus attractives, et promeut la biodiversité et le développement durable.

Géovélo : l’application de guidage pour les cyclistes

Géovélo, application gratuite créée en 2010 à Tours, se définit comme pionnière dans le calcul d’itinéraires à vélo. En effet, elle permet le guidage GPS des vélos et utilise l’Open Data pour ses cartographies, et entre autres le jeu de données ‘Aménagements cyclables France Métropolitaine’. Cette application utilise donc les données ouvertes, mais participe également à l’amélioration des données. En effet, Géovélo collabore également avec OpenStreetMap pour mettre à jour la cartographie des aménagements cyclables.

Arbres remarquables  de Paris

Paris est l’une des capitales les plus boisées d’Europe. Cette application vise à faire découvrir aux personnes intéressées les arbres remarquables de Paris, mais également à protéger ce patrimoine important et cette biodiversité qui sont des alliés de premier choix dans la lutte contre le dérèglement climatique.

La mairie de Paris entretient environ 300 000 arbres sur son domaine (parcs et jardins, voies publiques, cimetières, bois de Boulogne et de Vincennes). Les arbres impressionnants, eux, se distinguent par leur taille, leur histoire, leur âge ou leur rareté.

Les données en Open data sont mis à jour par la mairie de Paris sous licence OBbL sous le nom ‘Arbres remarquables de Paris – Données géographiques’

arbres remarqubales de paris

En conclusion,

Les réutilisations de données en Open Data sont nombreuses et permettent une réelle amélioration des services de la société.

Si vous souhaitez vous aussi réutiliser des données en Open Data sous forme de tableaux de bord, utilisez Powerslide !

Je découvre Powerslide