Tableau de bord prospectif : outil de pilotage de la performance publique

Dernière mise à jour : 06/09/2021

Ces dernières années, la performance publique a grandement été impactée par la loi pour une République numérique et par l’ouverture des données publiques. En effet, avec cette loi, les administrations publiques sont devenues plus transparentes et ceci facilite le calcul des performances publiques.

Dans cet article, vous serez en mesure de comprendre pourquoi et comment calculer la performance publique. Un focus sera fait sur les lois facilitant ce calcul. Suite à cela, retrouvez la définition du tableau de bord prospectif, outil adapté à la mesure de la performance publique. Un exemple de tableau de bord prospectif pour les administrations publiques est également disponible en fin d'article. Avec cet article, vous pourrez vous lancez sereinement dans le calcul de votre performance.

>>  Créez des tableaux de bord interactifs avec Powerslide, pour visualiser  vos performances publiques

performance publique_Plan de travail 1

Calculer la performance publique : pourquoi, comment ?

Pourquoi  calculer la performance publique ?

Les administrations publiques ont pour obligation de rendre des comptes. Elles peuvent le faire sous forme de tableaux de bord de la performance publique, reprenant les différents KPI mesurant les actions prises. Dans ce contexte, calculer et mesurer la performance publique permet d’obtenir des informations fiables et régulières sur la contribution des politiques publiques. En effet, grâce à la mesure de la performance publique, il est possible d’évaluer la capacité des entités publiques à résoudre des problèmes collectifs, à satisfaire des besoins sociaux reconnus et à allouer de manière efficiente les ressources de l’État. La mesure de la performance publique permet également le contrôle des prises de décisions administratives, de leurs capacités à se réorienter, à légitimer les budgets alloués et à communiquer les résultats des actions prises.

Ainsi, mesurer la performance publique a une double utilité : l’appréciation des effets des interventions publiques et l’allocation optimale des ressources.

Nous avons donc vu l’importance de mesurer la performance publique mais comment le faire ?

Comment  calculer la performance publique ?

Il est essentiel pour mesurer la performance publique de s’appuyer sur des indicateurs de performance ou KPI (Key performance Indicator) et de comparer les résultats obtenus aux objectifs fixés.

Les KPI pour mesurer la performance publique sont nombreux. C’est à chaque administration de choisir les KPI qui conviennent le mieux à leur politique administrative. Cependant, le ministère de l’économie et de la finance considère qu’il faut catégoriser les indicateurs de performance sous 3 classes :

  • les indicateurs d’efficacité socio-économique,
  • les indicateurs de qualité de service,
  • les indicateurs d’efficience.

Pour que ces indicateurs soient pertinents, le ministère de l’économie et de la finance ajoute que les entités publiques doivent :

  • s’assurer de la lisibilité des libellés des indicateurs : ces derniers doivent être courts et signifiants pour tous. Les indicateurs formés par ratio non interprétable facilement doivent impérativement faire l’objet d’éléments de contexte éclairants en commentaire;
  • privilégier, lorsque cela est pertinent, un format d’unité qui augmente la lisibilité et facilite la lecture : séparateur de milliers lorsqu’un nombre est peu lisible, se limiter à une décimale pour les pourcentages et les millions, et à deux décimales pour les milliards ;
  • veiller à la cohérence entre la mesure annoncée dans les libellés et l’unité de mesure valorisée ;
  • renseigner toutes les réalisations passées, les prévisions et les cibles : pas d’absence de données sinon de manière dérogatoire et justifiée avec mention de la date ultérieure de disponibilité. L’indisponibilité des données doit conduire le cas échéant à une réflexion sur le maintien de l’indicateur dans les documents budgétaires;
  • rappeler la méthode de valorisation des indicateurs et indiquer la source des données dans les commentaires techniques.

Mesurer la performance publique se fait donc de manière réfléchie. De plus, des lois régulent également ces performances, c’est le cas de la Loi Organique relative aux Lois des Finances, pour la mesure de la performance publique d’un point de vue budgétaire ou encore de la loi pour une république numérique.

Quelles sont les lois simplifiant le calcul de la performance publique ?

Certaines lois facilitent l’accès aux données, et ainsi la compréhension et la mesure de la performance publique. C’est notamment le cas de la Loi Organique relative aux Lois des Finances (LOLF) ou encore de la loi pour une République numérique.

Qu’est-ce que la LOLF ?

Selon l'article 1er de la LOLF : « les lois de finances déterminent, pour un exercice, la nature, le montant et l'affectation des ressources et des charges de l'État, ainsi que l'équilibre budgétaire et financier qui en résulte ».

La Loi Organique relative aux Lois des Finances (LOLF) est en application depuis 2016. Cette loi a pour but de réformer la gestion du budget de l’État pour faciliter la mesure de la performance, la prise de décision et la responsabilité de ce dernier. Le budget n’est donc plus découpé en nature de dépense (personnel, fonctionnement, investissement, intervention, etc.) mais en politiques publiques (sécurité, culture, éducation, justice, etc.). Elle impose l'obligation pour le Gouvernement de présenter au Parlement, lors du dépôt du projet de loi de finances, un rapport sur les perspectives économiques, sociales et financières pour les 4 années à venir.

Qu’est-ce que la loi pour une république numérique ?

La loi pour une République numérique a été promulguée en 2016. Elle permet d’accélérer le développement de l’économie numérique et par la même d’ouvrir les données. En effet, avec cette loi, les organismes publics se voient dans l’obligation de communiquer leurs données. C’est ainsi que se développent l’open data et ses usages. Ces données ouvertes, grâce à leur transparence, permettent de mieux cerner les actions menées et ainsi aide à la mesure de la performance publique.

Certaines lois facilitent donc la mesure la performance publique, mais il reste essentiel de valoriser les indicateurs de performance des administrations publiques. La meilleure façon de le faire est à travers un tableau de bord.

Comment créer son tableau de bord prospectif, outil de pilotage des administrations publiques ?

Un des outils adaptés au calcul de la performance publique est le tableau prospectif. Ce tableau de bord est différenciateur car il s'attache non seulement aux résultats financiers, mais aussi aux questions humaines qui amènent ces résultats. Ainsi, les administrations publiques peuvent se concentrer sur l'avenir et agir dans leur meilleur intérêt à long terme.

Qu’est-ce qu’un tableau de bord prospectif  ?

Le tableau de bord prospectif est un outil au service du management de la stratégie des entreprises ou des administrations publiques. Surtout utilisé dans le secteur privé, le tableau de bord prospectif se démocratise de plus en plus dans le secteur public. En effet, c’est une méthodologie compatible avec la mise en œuvre de la LOLF ou encore particulièrement efficace dans une logique d’efficacité du pilotage des actions.

Le tableau de bord prospectif se définit sous 4 axes pour les administrations publiques :

tdb prospectif, performance publique

Source: https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/

Ces quatre axes de performances amènent un équilibre dans la compréhension des actions prises. Appelé « balanced scorecard » en anglais, ce tableau de bord peut, en effet, être traduit par tableau de bord équilibré. C’est l’équilibre entre les objectifs à court et à moyen/long terme, les indicateurs financiers et non-financiers, les indicateurs mesurant la performance passée et les indicateurs "prospectifs" , la perception externe et la performance réalisée en interne.

Grâce au tableau de bord prospectif, l’administration publique peut notamment clarifier sa vision stratégique et identifier les leviers qui viendront booster sa performance. Le tableau de bord permet à l’entité publique de mieux prioriser ses actions et de communiquer sur la stratégie à suivre. En effet, le tableau de bord prospectif permet d'analyser les résultats non pas de manière unidirectionnelle, mais de façon globale pour vérifier que l'équilibre est atteint.

Exemple d’un tableau de bord prospectif suivant les 4 axes de performance.

Pour conclure,

Calculer la performance publique a de nombreux avantages, entre évaluation des actions prises et gestion optimale des budgets. Pour mesurer cette performance de la meilleure façon, le choix des indicateurs de performance se doit d’être réfléchi. Finalement, un tableau de bord prospectif peut être un bon outil pour avoir une vision globale de la performance des administrations publiques.

Si vous souhaitez faire un tableau de bord prospectif interactif et efficace choisissez Powerslide. Pour consultez plus de tableaux de bord open data, rendez vous sur notre page open data.

Essayer Powerslide