Collectivités : 5 étapes clés pour lancer une démarche open data

Dernière mise à jour : 18/08/2021

« Notre pays a besoin de plus d’ouverture » - c’est le constat général que soulève Éric Bothorel en charge par le gouvernement sur l’ouverture des données publiques. Bien que la France soit parmi les pays les plus avancés sur la question, l’avance n’est que minime.

La démarche open data est définie comme complexe par beaucoup de collectivités territoriales. Nous vous proposons de démystifier ce sujet avec 5 étapes pour vous lancer sereinement.

5 etapes cles pour lancer votre démarche open data

Définition de l’open data

L’open data, ou données ouvertes, sont des données auxquelles l’accès est totalement public et libre de droits, au même titre que l’exploitation et la réutilisation.

L’open data bénéficie d’un cadre juridique qui définit les informations qui peuvent être diffusées ou non.

Pour les collectivités, l’open data consiste à publier des informations statistiques, géographiques, sociales, économiques et financières sur leurs territoires.

Ces données sont une source d’information pour les chercheurs, les journalistes, les étudiants, les citoyens. Ainsi, elle ouvre la voie à la création de nouveaux services et favorise la transparence de l’action publique.

Open data

Source : Département des Côtes d’Armor

Étape 1 : Lancer l’initiative et valider la démarche

À ce jour (mai 2021), seulement 594 collectivités ont ouvert leurs données selon les résultats de l’observatoire de l’open data. Pour les collectivités, l’open data est un projet collectif où chacun a ses priorités. Selon la banque des territoires :

  • pour les élus, l’ouverture des données permet de mieux connaitre le fonctionnement du territoire afin de prendre de meilleures décisions.
  • la direction générale doit vérifier que les données soient de qualité pour le développement des outils décisionnels.
  • les services techniques sont eux sollicités pour la gestion des compétences et la maitrise des données.
  • Les directions en charge de transport portent une attention sur les flux de déplacements.
  • Le délégué à la protection des données assure le respect du RGPD.
  • La direction des SI (système d’information) assure la circulation des données et renforce la sécurité du système.

L’ensemble des acteurs de la collectivité concernés par ce changement doit être pleinement conscient des enjeux.

Les enjeux de l’open data : à quoi ça sert ?

Dans un premier temps, il s’agit de faire prendre conscience et d’exposer ces enjeux aux différents acteurs pour avoir une vision commune. Les enjeux de l’open data dans les collectivités sont autant d’ordre économique que scientifique, démocratique et politique comme le souligne le rapport Bothorel .

  • Économique : l’open data et l’innovation perpétuelle. Grâce aux données collectées et diffusées, les acteurs publics et privés peuvent développer des services de meilleure qualité afin de répondre au mieux aux attentes des citoyens. Pour prendre un exemple, les données en temps réel concernant le transport permettent de créer des services de covoiturage, de faciliter l’accès aux emplacements de parking, d’avoir des informations sur la circulation, etc.
  • Scientifique : L’open data est une source de connaissance. Le partage des données permet l’accès facile à l’information et de traiter rapidement les données mises à disposition. La crise du Covid19 en est le parfait exemple. Un plus grand nombre de partage des données entre équipes de recherche aurait permis de mieux prendre en charge et de traiter la Covid19.
  • Démocratique : L’open data et l’amélioration des services publics. Pour les collectivités, la transparence de l’action publique permet de nouer une relation de confiance avec les citoyens. Ainsi, les données concernant les décisions prises sur la gestion de la collectivité doivent être au maximum communiqué. L’open data favorise les initiatives citoyennes comme par exemple les actions qui luttent contre l’isolement, qui sensibilisent sur la transition énergétique et écologique, qui favorisent la créativité artistique, qui valorisent les circuits courts, etc.
  • Politique : L’open data, la confiance et la mesure. La valorisation et la transparence des données et des services contribuent à l’amélioration de l’image du territoire, atténuent les tensions, réduisent le complotisme et permettent de mesurer les effets de la politique menée.
  • Social : L’open data et l’amélioration des services offerts aux publics par les associations. L’ouverture des données permet de proposer des nouvelles options pour l’optimisation des services proposés concernant l’habitat, la mobilité et l’environnement.

Quels objectifs pour un projet open data ?

Maintenant que les enjeux ont été exposés, la démarche open data de votre collectivité doit avoir un objectif. Chaque collectivité peut avoir ses priorités et dispose de moyens qui lui sont propres. Le but est de commencer en douceur et ne pas s’égarer par manque d’expérience.

  • Vous pouvez suivre des objectifs progressifs d’ouverture de données découpés en 3 niveaux, comme ceux proposé par le guide d’Opendatalab :
  • Niveau 1 : L’amélioration de la transparence et de la redevabilité de l’action publique.
    Exemples : les données relatives à la gestion du budget et les décisions du maire.
  • Niveau 2 : Le développement et l’amélioration des services.
    Exemples : les données des services urbains concernant l’eau, les déchets et les transports.
  • Niveau 3 : Le renforcement et la personnalisation du lien entre citoyen et collectivité.
    Exemples : valoriser les données et services du quotidien qui créent de l’attractivité pour le territoire.

Quels sont les rôles à attribuer aux acteurs ?

Pour la réussite d’un projet open data, les acteurs concernés sont d’une importance capitale. Plusieurs formes d’organisation sont possibles selon la collectivité :

  • Un délégué à la protection des données (obligatoire)
  • Un chief data officer
  • Un comité data
  • Un chargé de mission
  • Un référent dans les principales directions

Le rapport Bothorel préconise de former les équipes pour qu’elles assimilent les règles à respecter, et cela de la saisie à la publication des données.

L’identification des acteurs, crée une nouvelle fonction (si elle n’existe pas déjà) au sein de la collectivité : la fonction data. C’est elle qui est aux commandes du projet et qui valide la démarche.

Notez que  l’État accompagne les collectivités dans leur démarche open data avec la mission Etalab dédiée à améliorer le service public et l’action publique grâce aux données. L’open data est un projet qui mobilise des ressources humaines et financières. Pour aider les collectivités à sauter le pas, la banque des territoires peut apporter du financement si nécessaire.

Nous vous accompagnons dans votre projet open data. Si vous voulez aller plus loin, n’hésitez pas à télécharger la plaquette de notre offre !

Je télécharge la plaquette

Étape 2 : Identifier les données à ouvrir

Le CRPA (Code des Relations entre le Public et l’Administration) définit le cadre général de l’ouverture des données administratives standard à publier:

  • Les documents produits ou reçus par l’administration dans le cadre d’une mission de service public
  • Les documents communiquant l’application des procédures prévues par le CRPA
  • Les documents qui figurent dans le répertoire des informations publiques
  • Les bases de données produites ou reçues et qui ne font pas l'objet d'une diffusion publique
  • Les données dont la publication présente un intérêt économique, social, sanitaire ou environnemental.

Les données que vous devez prioriser et celles qui sont recommandées par Opendata France :

opendata france - donnees prioritaires et recommandees

Ce sont là des données d’ouverture standard qui doivent être adaptées en fonction de vos objectifs. Plus vous ouvrez, plus vous progressez dans votre démarche !


ATTENTION : il existe des restrictions en matière de partage des données publiques, notamment en ce qui concerne le respect du RGPD. Aussi, certains documents administratifs ne peuvent pas être diffusés si ceux-ci sont couverts par la protection d’un secret légal ou comportent des données à caractère personnel.

Pour plus de détails sur la législation, consulter notre article sur l’open data : ouvrir les données publiques et les valoriser.

Étape 3 : Définir la stratégie de mise à disposition des données

Une fois que les données à ouvrir ont été minutieusement choisies, la question est désormais : comment rendre exploitable et tangible la donnée ?

Pour ce faire, vous devez transformer les données que vous avez dans une forme standardisée et normalisée afin de répondre à des exigences d’interopérabilité. L’interopérabilité correspond à la facilité que les systèmes ont de partager et de récolter de la donnée entre eux.

Pour garantir la qualité de la donnée, celui qui publie doit certifier la provenance et indiquer les métadonnées pour contextualiser la donnée.

L’importance des métadonnées :


Pour la publication de données, vous devez faire des choix techniques. Les données ouvertes sont conseillées d’être diffusées en ayant recours à des licences. Pour les collectivités, 2 choix sont possibles. Laquelle choisir en fonction de vos besoins, licence ouverte ou licence ODbL ?

  1. La licence ouverte est comme son nom l’indique une licence ouverte, libre et gratuite. Elle accorde le droit de reproduire, de redistribuer, d’adapter et d’exploiter les données même à des fins commerciales. Noter qu’il y a une obligation de mentionner la paternité, autrement dit, la source des données.
  2. La licence ODbL quant à elle, est au même titre que la licence précédente, libre, ouverte, gratuite et elle exige aussi la mention de la paternité. Cependant, pour partager un jeu de donnée créé à partir d’un autre jeu de données sous licence ODbL, vous devez offrir ce jeu de données aux mêmes conditions prévues par les termes de la licence. L’exploitation commerciale de votre jeu de données est autorisée après avoir respecté ses conditions.

Après avoir identifié et adapté les données à publier, retenu une licence, il est enfin question de choisir la plateforme. Sur laquelle vous allez diffuser vos jeux de données ou/et vos API ?

  • Sur le portail national data.gouv.fr
  • Sur votre site internet en créant un espace dédié
  • Sur une plateforme internet gérée avec d’autres collectivités de votre territoire

Une fois que toutes ces questions ont été abordées et répondues, la mise en place de la démarche peut être lancée et les premiers jeux de données diffusés.

Étape 4 : Faire évoluer les processus de la collectivité

Dans l’écosystème de votre collectivité, 3 processus concernant la production, la publication et la valorisation des données doivent être mise en place afin d’engager les actions.

Processus de production : il s’agit de définir la structure du jeu de données, de le formaliser en apportant des informations contextuelles (métadonnées), de choisir entre un jeu de donnée ou une API, consolider le jeu de données en plusieurs formats et choisir la licence pertinente.

Processus de publication : il s’agit de bien renseigner le formulaire de description du jeu de données, de vérifier que les fichiers soient téléchargeables, de faire connaître le jeu de données auprès des potentiels intéressés.

Processus de valorisation : il s’agit d’utiliser la data visualisation afin de mettre en avant la donnée brute sous une forme visuelle (graphique, cartographie, etc). Le principe est de rendre les jeux de données intelligibles et compréhensibles pour tous. Il faut également à cette étape, continuer à faire connaître les jeux de données, leurs réutilisations et de valoriser les résultats obtenus.

Ces 3 processus intègrent l’ensemble de l’activité de la collectivité car tous les services sont concernés par la démarche open data tels que le service du transport, de l’emploi, de l’éducation, du logement, de la santé, etc.

Pour assurer le bon fonctionnement de ces process, il convient :

  • D’éliminer la double saisie dans votre système d’information et consolider les informations
  • D’unifier votre système d’information pour briser le fonctionnement en silos de vos services

Au lancement du projet, une équipe dédiée s’occupera de gérer la démarche et petit à petit avec l’expérience, il est possible de rendre chaque service indépendant dans la production et la publication des jeux de données.

Étape 5 : Animer l’écosystème de la démarche open data

L’open data est un projet à forte valeur ajoutée sur le long terme. Il nécessite une maintenance régulière afin de conserver et d’amplifier les résultats attendus.

Après avoir publié et valorisé les données, il est fortement recommandé de mettre en place des moyens pour identifier et suivre les téléchargements et l’exploitation qui en est faite. Vous pourrez ainsi mesurer les impacts de votre jeu de données et de parfaire votre communication.

Générer une communauté d’acteurs pour donner plus de poids à votre démarche open data :

  • Organiser des hackathons (évènement où des développeurs se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative) regroupant des acteurs publics, des citoyens, des associations et des entreprises autour d’un projet collectif.
  • Identifier et sensibiliser des acteurs locaux pouvant utiliser les données afin de lever les freins à l’ouverture des données et de favoriser la co-création.

Pour conclure,

Un projet open data, tout comme tout autre projet exige un plan d’action afin d’atteindre les objectifs fixés. La démarche suit des étapes logiques et indispensables pour la réussite de votre projet car beaucoup de facteurs sont à prendre en considération et doit être réfléchie.

Si vous souhaitez en savoir plus et être accompagné dans votre démarche, téléchargez la plaquette de notre offre open data et contactez-nous.

Je télécharge la plaquette